Flash Information

Les entrainements reprendront le Lundi 4 Septembre à 19h30

Connexion

Recherche avancée


Visiteurs ...

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Aujourd'hui :
2188
Hier :
1664
Semaine :
5641
Mois :
73268
Total :
1303350
Il y a 5 utilisateurs en ligne
-
5 invités

Calendrier du Club

L Ma Me J V S D
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1

Ville et Partenaire

PLŒMEUR

Terre & Mer          

      Douar Ha Mor

" L’étude consiste à essayer de faire quelque chose que l’on ne peut pas ! Il n’y a pas de raccourci. "
Maitre Tamura Nobuyoshi
Note utilisateur:  / 2
MauvaisTrès bien 
Share

Katana

Symbole de la caste des samouraïs, le katana est un sabre (arme blanche courbe à un seul tranchant) de plus de 60 cm. Il est porté glissé dans la ceinture, tranchant dirigé vers le haut (vers le bas si le porteur est un cavalier).

 

 

 

L'ensemble wakizashi et katana s'appelle le daisho.

 

 Certaines périodes de l'histoire japonaise étant plus calmes, le katana avait plus un rôle d'apparat que d'arme réelle. Le katana est une arme de taille (dont on utilise le tranchant) et d'estoc (dont on utilise la pointe).



Par extension, le terme katana sert souvent à désigner l'ensemble des sabres japonais (Tachi, Uchigatana etc.)



Sa production dépasse celle du tachi pendant l'époque de Muromachi (après 1392).

 

Description


Le katana est un nihonto (sabre japonais) courbe qui se porte glissé dans le obi (ceinture) tranchant vers le haut, à la différence du tachi, l'épée de cavalerie.

Le katana a une taille (de lame) supérieure à 2 shakus (30,2 cm x2) soit 60 cm mais cette longueur peut varier selon les périodes et techniques de guerre. Il se manie généralement à deux mains, mais certaines techniques, comme la technique à deux sabres de Musashi Miyamoto, ou des techniques impliquant l'utilisation du fourreau, supposent le maniement à une main. Sa poignée (tsuka), suivant le climat politique, variait entre la largeur de deux ou trois mains. La tsuka commence par une garde (tsuba) qui protège la main, et se termine par une extrémité utilisée pour porter des coups (tsuka-gashira ou kashira). Le poids d'un katana standard varie de 800 grammes à 1 300 grammes.

 

Fabrication

 

Terminée en biseau, la lame du katana est traditionnellement forgée à partir d'un acier brut transformé en acier composite.

Dur pour l'enveloppe, et plus mou pour le noyau. Ils sont chacun feuilletés de nombreuses fois, puis intimement soudés l'un à l'autre à la forge.

 

Ensuite, en recouvrant d'un mélange d'argile isolant le dos et les flancs, la lame subit une trempe sélective, qui conférera à l'arme les qualités combinées de dureté extrême du tranchant, ainsi que de résistance aux chocs pour l'ensemble.

L'étape suivante est le polissage, effectué à l'aide de pierres volcaniques à grain décroissant, qui affûte la lame en révélant les structures cristallines.

 

Parties


La lame ainsi que la poignée comportent plusieurs parties qui ont chacune leur nom ; ceci marque l'importance que la culture japonaise accorde au sabre.


Tsuka : poignée ; son cœur est constitué de deux coques de bois de magnolia.

  • kashira, ou tsukagashira : décoration au bout du pommeau ;
  • menuki : broche d'ornement sur la poignée, elle aide également à la saisie ; elle n'est pas posée au même niveau sur la face omote que sur la face ura ;
  • mekugi : goupille de bambou qui fixe la lame à la tsuka ; la soie (nakago) de la lame et la tsuka sont percées, et le mekugi les traverse de part en part ;
  • same hada : peau de requin ou de raie pastenague qui recouvre le bois de la tsuka ; cette peau (contenant de la silice) collée autour ou sur chaque flanc de la poignée servait notamment à l'extrême rigidité de celle-ci ;
  • tsuka ito ou tsuka maki : laçage de tresse spéciale en soie ou coton, ou encore de cuir autour de la poignée, permettant une meilleure préhension et de maintenir les deux coques constituant la tsuka. Il existe différents types de laçage en fonction de l'utilisation du katana : combat, guerre, apparat, ...

 

Tsuba : garde

 

 

 

  • sepa : parties métalliques entre le tsuba et le habaki ainsi qu'entre la tsuba et la tsuka, guidant la soie (nakago) lors de son insertion dans la tsuka et servant à réduire le jeu inévitable avec le temps entre tsuka, tsuba et habaki ;

 

 

 

 

 

 

  •  

    Habaki : pièce métallique située à la base de la lame ; elle sert à « verrouiller » le sabre dans le fourreau (saya), à éviter qu'il ne tombe ; pour dégainer, l'escrimeur pousse sur la garde (tsuba) avec le pouce pour faire sortir le habaki du saya et pouvoir tirer la lame ;

   

 

 

 

Lame


nakago : soie, partie insérée dans la tsuka et percée d'un ou deux mekugiana (trou permettant le passage du mekugi) ;

  • hitoe : dos de la soie ;
  • yasurime : traits de lime organisés sur la soie, varient selon les écoles;
  • mei : signature gravée dans la soie identifiant le forgeron

 

  • mune machi : décrochement sur le dos de la lame, marquant le début du dos de la soie (hitoe) ;
  • mune : dos de la lame ;
  • bohi : gouttière ou gorge d'écoulement sanguin, permettant d'éviter l'effet de succion lors de la pénétration ou du retrait de la lame dans les chairs.
  • yakiba : partie trempée de la lame, formant la ligne de trempe, (hamon). Présente différentes formes : vagues, boîtes, etc
  • hassaki : tranchant de la lame ;
  • shinogiji : partie parallèle des flancs, verticale lorsque le sabre est porté à la ceinture ou bien en garde; arêtes : la partie parallèle des flancs de la lame (shinogiji) a une certaine épaisseur ; la lame s'affine vers la pointe (kissaki) et vers le tranchant (hassaki), la transition de la partie parallèle et les parties s'affinant forment trois arêtes qui se rencontrent en un point nommé mitsukado ;
    • shinogi : arête latérale de la lame
    • yokote : arête séparant la pointe (kissaki) du reste de la lame
    • koshinogi

 

mono-uchi : les 9 cm à partir du yokote ; c'est principalement avec cette partie que sont effectuées les coupes


kissaki : pointe biseautée ; elle est séparée du reste de la lame par une arrête, le yokote
sashi omote : lorsque le sabre est porté à la ceinture (sur le flanc gauche, courbure vers le haut), c'est la partie présentée au public (omote), la partie côté extérieur ; lorsque le guerrier est en garde (kamae), c'est le flanc gauche de la lame ;
c'est également ce côté qui est présenté lorsque la lame est sur un présentoir ;
sashi ura : lorsque le sabre est porté à la ceinture, c'est la partie cachée (ura) ; lorsque le guerrier est en garde (kamae), c'est le flanc droit de la lame ;

saya : fourreau 

il est fait de bois de magnolia qui, bien séché, est absorbeur d'humidité, limitant l'oxydation des lames ;

il est recouvert de laque traditionnelle (22 couches) d'aspect lisse ou granulé à motif avec ou sans incrustation ; celle-ci avait deux vertus : rendre étanche l'ensemble sabre fourreau, et rigidifier le fourreau fait de magnolia fragile ;

 

 

  • koiguchi : entrée du saya ;
  • sageo : cordelette sur le fourreau ;
  • shito-dome : bosse sur le fourreau, au niveau de la sageo.

 

 

 

 

 

+